Top Spot: Le Bistrot Paul Bert à Paris

Je suis toujours excité de retourner dans la Ville Lumière. Quand ma conjointe m’a annoncé qu’elle était invitée au festival du livre (où le Québec était l’invité d’honneur de cette 3e édition), je ne me suis pas fait prier pour l’accompagner!

Ce que j’apprécie le plus de ces voyages à Paris, c’est que pendant que ma femme travaille, moi je visite. 😅 Ça fait plusieurs fois que j’ai la chance d’aller en Île-de-France, donc je commence à connaître les top spots. D’ailleurs, j’étais heureux de constater que les endroits que je vous ai déjà suggérés dans mon billet “16 adresses pour profiter de Paris, sans se ruiner” sont tous encore ouverts!

Lors de cette récente visite, il y avait un établissement en particulier que je voulais absolument visiter : le Bistrot Paul Bert situé dans le 11e arrondissement. La réputation de ce restaurant traverse l’Atlantique depuis quelques années. “Sur” Paris (c’est comme ça qu’on dit là-bas 😏), on retrouve évidemment beaucoup de restaurants et brasseries qui servent des plats “traditionnels” français. Malheureusement, sans vouloir vexer les cousins, c’est souvent moins bon et plus cher qu’on s’y attend. Ce n’est pas le cas de chez Paul Bert, où on combine savoir-faire et cuisine classique, pour un résultat plus que réussi, à un prix relativement abordable pour ce qu’on retrouve dans l’assiette et la coupe.

En plus d’une cuisine soigneusement exécutée, le service est hors pair, sans être prétentieux. Le tout, dans un décor classique de brasserie française. J’ai visité le restaurant sur l’heure du midi, en réservant le matin même. Comme il faisait beau, j’en ai profité pour manger sur la terrasse.
Bon, ça commence à faire long comme introduction ; passons aux choses sérieuses. Qu’est-ce que j’ai mangé. 😋

En entrée, j’ai opté pour la terrine: un gros morceau de porc effiloché et pressé dans son gras, servi avec du pain (aussi bon qu’on s’y attendrait au pays de la boulange), quelques petits cornichons et un peu de verdure pour m’ouvrir l’appétit pour la suite.

En plat principal, je me suis gâté avec un plat qu’on retrouve rarement sur les menus de restaurants au Québec : des rognons* de veau. Parfaitement cuit et servi avec une sauce crémeuse à la moutarde et un à côté de purée de pommes de terre, ce plat m’a laissé perplexe sur le pourquoi on ne le retrouve pas plus souvent sur les tables du Nouveau Monde. J’ai accompagné le tout de 2 bons verres de rouge, question d’aider à faire descendre le tout.

Même si je commençais à me sentir lourd, je me suis commandé le boss final des desserts : un soufflé au chocolat. Le temps d’attente (environ une douzaine de minutes) en valait la peine, car ce dessert fondait littéralement en bouche. Accompagné d’un café et d’un petit cannelé, j’étais plus que prêt pour une bonne marche vers mon hôtel dans le cinquième, question de brûler les calories.

Avec la montée des prix, je m’attendais à payer la totale pour ce genre de repas, surtout dans un établissement qui jouit d’une telle réputation. Belle surprise, ça m’a coûté 65€, incluant la taxe et le pourboire. Ça peut sembler cher, mais c’est une aubaine pour un repas de la sorte. Surtout si vous voulez goûter à la vraie cuisine française.

Si vous passez à Paris et cherchez un bon restaurant au juste prix, le Bistrot Paul Bert se retrouve au top de ma liste de suggestions.

Bistrot Paul Bert
18 Rue Paul Bert, 75011 Paris, France
+33(0)1 43 72 24 01

*Pour ceux qui l’ignorent, les rognons sont l’appellation qu’on donne en gastronomie aux reins d’animaux. Il est vrai que ce n’est pas le plus joli mot, mais c’est quand même plus appétissant, et surtout délicieux, si vous êtes un peu aventureux!

Bob le Chef

Chef diplômé de l'ITHQ / Grand fan de sports / Animateur et co-auteur de L'Anarchie Culinaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *