Sont fous ces Français!

Depuis lundi, je cours les rues de Paris à la recherche du meilleur macaron, du parfait éclair et du foie gras le plus onctueux qu’on puisse offrir à l’homme (et la femme). Jusqu’à date pas de grands restos, car je joue un peu le touriste, mais en visitant la ville lumière, j’ai déjà déniché quelques incontournables et appris quelques trucs.

Tout d’abord, contrairement au mythe générale, les Parisiens sont très cool. Personne m’a “snobbé”, on comprend bien mon français (même si le mien est souvent loin d’être exemplaire) et il n’y a pas autant de merde de chien sur les trottoirs qu’on me l’a raconté. Bien certainement il y a une mini barrière culturelle à franchir, mais il faut savoir rire un peu de soi et se rappeler que si un Parisien débarque au Saguenay, il risque bien lui aussi d’avoir de la difficulté à se faire comprendre du premier coup.

Ceux qui viennent de Montréal se sentiront comme à la maison en utilisant le métro comme principal moyen de déplacement. Le système a certaines similitudes au nôtre, alors je semble toujours trouver mon chemin et Dieu sait que je n’ai pas le meilleur sens de l’orientation! C’est d’ailleurs en métro que je me suis rendue à la tour Eiffel, où j’ai dégusté mon premier repas 100% touriste.

Le “hot-dog”, n’allez pas commander un chien-chaud car personne va savoir de quoi vous parlez. On m’avait dit que de nombreux “stand”  à “hot-dog” se trouvaient au pied de la tour, mais jamais je pouvais m’attendre à ça. Des “hot-dog” dignes de nos voisins du sud: 12″ de long, sur du vrai bon pain, servi avec deux saucisses 100% boeuf et garni à souhait. Je vous conseille, le kiosque au nom de la Régalerie, les gars sont sympas, les “rotteux” goûtent le ciel et oui ils vendent du vin que l’on peut consommer où bon nous semble. Un must, surtout quand on mange “sul fly”.

À la recherche du macaron! Un incontournable de la gastronomie locale, on m’annonce que ceux de Ladurée sont incroyables et que ceux de Pierre Hermé sont divins. Si jamais en cherchant ces deux endroits vous ne vous pouvez plus d’attendre, dîtes-vous qu’on en vend dans tous les cafés, boulangeries et pâtisseries. Preuve à l’appuie, même Ronald le clown se prête au jeu et vend des McMacarons, mais comme le reste de ses produits, ça goûte la “marde” de clown.

Le “hot-dog” au pied de la tour Eiffel pourrait facilement faire compétition aux fameux “foot-long” de Coney Island à New York.

IMG_4219
 
Du Champagne à l’épicerie! Ça se peut que je ne revienne jamais au Québec, en plus les prix commencent aux alentours de 15 euros pour du “vrai” et un j’ai vu (et bu) d’excellents mousseux pour la modique somme de 3 euros.

IMG_4167
 
Les macarons du McDo, tout comme le reste de leurs produits, une pâle imitation de se que devrait goûter la vraie chose. Je le déconseille fortement, sauf si comme moi vous voulez vous sacrifier pour les bienfaits de la science.

IMG_4282
Aujourd’hui je pars à la recherche de pissaladière (l’ancêtre de la pizza) et retourne chez Pierre Hermé question de manger le meilleur éclair chocolaté au monde. Comme on dit à Paris: wish me luck!

Bob le Chef

Chef diplômé de l'ITHQ / Grand fan de sports / Animateur et co-auteur de l'Anarchie culinaire

Bob le Chef

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *